Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2011

Japon, le scénario Titanic ?

Une semaine après le séisme qui vient de frapper le Japon, que va-t-il se passer maintenant ? Comment les japonais peuvent-il faire face à cette triple catastrophe ? Cette avarie dans la centrale (euphémisme) peut-elle faire sombrer tout un pays ? Comment peut-on les aider ?

Ces évènements ne vous rappelle rien ? Un peu d’histoire : nous sommes le 10 avril 1912, c’est le départ de la traversée inaugurale du Titanic. Il était à son époque considéré comme le summum de la technologie et était réputé être insubmersible grâce à seize compartiments étanches. Après deux courtes escales en Europe, il se dirige vers New York. Le 14 avril, à 23h45, il heurte un iceberg. Six compartiments sur seize sont endommagés. A 2h20 du matin, le Titanic sombre. Plus de 1500  personnes périssent dans l’une des plus grandes catastrophes maritimes en temps de paix.

Ces deux tragédies ne se déroulent pas sur les mêmes échelles de temps, mais sont très similaires pour l’instant. Les comparer permet d’imaginer les prochaines étapes. 

Le lieu.

Sur une carte, l’île du Japon ressemble à un bateau au milieu de l’océan. Tout comme le Titanic, elle vient d’être frappée par une catastrophe à l’avant, sur son flanc droit. 

Pourquoi les gens sont-ils montés en confiance sur le Titanic ?

Ils avaient une confiance totale dans la technique et dans les ingénieurs qui avaient conçu le navire. On leur avait dit que le navire était insubmersible, ils l’ont cru. 

Pourquoi les japonais étaient-ils confiants dans leurs centrales nucléaires ? 

Pour les mêmes raisons. 

Etaient-ils au courant de la présence d’iceberg ?

L’équipage : oui. Plusieurs navires sur leur route signalèrent la présence d’iceberg à la dérive. Le Titanic aurait normalement dû emprunter une route plus au sud pour éviter les glaces dérivant du nord. Non seulement le Titanic n’a pas changé de route mais il fut poussé à pleine vitesse.

Les passagers : non. Le choix de la route et la vitesse du navire n’étaient ni leur responsabilité, ni leur préoccupation. Ils faisaient confiance au capitaine. De plus, le luxe, le faste du bateau et les loisirs à bord détournaient de toute façon leur attention. 

Etaient-ils au courant des risques nucléaires ?

Les responsables de la centrale et le gouvernement : oui. Des experts ont pointés les principales faiblesses (le positionnement des groupes électrogènes de secours), il y a dix ans. 

Les japonais : non. Pour les mêmes raisons que sur le Titanic. 

Pourquoi allait-il si vite ?

En simplifiant : pour une question d’égo et d’argent. Un problème d’égo car l’armateur voulait sans doute décrocher le ruban bleu de la traversée la plus rapide de l’Atlantique. Par fierté personnelle sans doute, par ambition peut-être, pour gagner plus d’argent sûrement.

De même pour le Japon qui était encore, quelques mois avant, la deuxième puissance mondiale.

Pourquoi ont-ils heurté l’iceberg ?

Un, parce qu’ils allaient trop vite. Deux, c’était une nuit sans lune, la mer était d’huile, la visibilité était donc faible. Trois, les vigies avaient perdu leurs jumelles. Conséquence : ils donnèrent l’alerte trop tard. 

Pourquoi le Tsunami a-t-il frappé la centrale ?

Parce qu’ils étaient plus préoccuper de produire que de gérer correctement les risques. De plus, les outils permettant de prévoir les séismes et les tsunamis de cette ampleur n’existent pas. Conséquence : personne n’a imaginé que la vague pourrait faire plus de 15 m de haut, qu’elle passerait au dessus des digues et rendraient inopérant les groupes électrogène de secours.  

Pourquoi n’a-t-il pas manœuvré plus vite ?

Le gouvernail était trop petit par rapport à la taille du navire et surtout par rapport à sa vitesse. 

Idem pour le Japon, en imaginant qu’ils aient souhaité un jour sortir du nucléaire.

Les passagers ont-ils compris tout de suite ce qui se passait ? 

Non : parce qu’ils n’ont pas été tenu informés tout de suite. Il ne fallait pas créer la panique. Ils étaient persuadés que le navire était insubmersible. Le choc ne fut pas violent. Donc la première réaction fut le refus. Refus de croire qu’il fallait quitter le navire, partir sur des petits canots, refus de croire qu’il pouvait couler et surtout qu’il allait couler aussi vite. 

Les Japonais comprennent-ils ce qui se passe ? 

Oui et non. Tout comme sur le Titanic, il ne faut pas créer la panique, le gouvernement sait bien qu’on ne peut vider une ville comme Tokyo pourtant si proche de la catastrophe. Une partie de la population est en train de se regrouper au sud du Pays (à l’arrière du navire), le pays s’est arrêté quelques temps (le Titanic s’est arrêté), les gens sont invités à rester chez eux (dans les premiers instants, les passagers ont été invités à rester dans leur cabine). Certains ont déjà quitté l’île. Les employés dans la centrale ont un comportement héroïque (aucune personne travaillant dans la salle des machines n’a survécu). Les similitudes sont troublantes, je pourrais continuer ainsi bien longtemps. 

Pourquoi le Titanic a-t-il sombré si vite ?

L’iceberg a provoqué des avaries sur une grande longueur. Six des seize compartiments étanches étaient touchés. Avec l’inclinaison provoquée par le remplissage des premiers caissons, l’eau a pu passer par-dessus les cloisons et progressivement envahir tout le navire.

Pourquoi l’économie japonaise pourrait-elle sombrer ?

Le Tsunami a provoqué indirectement des « avaries » sur six des réacteurs nucléaires (normalement étanches eux aussi). Si les japonais n’arrivent pas à reprendre contrôle de la situation, c'est-à-dire refroidir les réacteurs, ont se dirige vers un Tchernobyl bis, mais de plus grande ampleur. Ce qui va alourdir considérablement le coût de la catastrophe, tant d’un point de vue humain qu’économique. Plus ils tarderont, plus le périmètre définitivement condamné sera grand (on parle de 70 km), plus cela pèsera sur l’économie du Japon. Le Tsunami à lui seul a déjà détruit de 8 à 10% des capacités de production du pays et pour l’électricité de plus de 15%, ceci pour plusieurs mois sans doute. Tous les secteurs économiques de l’île sont touchés, aucun caisson économique n’est réellement étanches au regard de ce drame. Le Japon est déjà endetté à plus de 200% de son PIB, où va-t-il trouver le financement ? 

Oui, cette triple catastrophe est avant tout  un drame humain, mais elle n’est peut-être rien par rapport à ce qui pourrait subvenir si le Japon sombre économiquement. 

Pourquoi les bateaux de secours sont-ils arrivés trop tard ?

Parce qu’ils étaient trop loin et qu’ils ne pouvaient pas aller plus vite faute de puissance moteur. 

Pourquoi le Japon pourrait attendre longtemps les ‘bateaux de secours’ ?

 Parce que les états qui pourraient l’aider sont déjà bien trop endettés eux-mêmes et qu’ils ne pourront les aider faute de puissance moteur. 

Quelles catégories de passagers ont été les plus touchées ?

Ont survécu : 23% de l’équipage. 62% des personnes en première, 31% en seconde et seulement 28% en troisième. Inutile de commenter, vous connaissez déjà ceux qui souffriront le plus, les images vous les montrent déjà.    

 

Qui peut dire comment cela va se terminer ? Personne, même les meilleurs spécialistes du domaine.  En revanche, tant que les points de comparaison seront semblables, tant qu’ils évolueront dans le même sens, vous pouvez anticiper les étapes suivantes. Maintenant, tout dépend, dans les jours et les semaines qui viennent, de ce qui se passera à Fukushima.  

Les japonais ont la capacité de se sortir de cette crise, comme ils l’ont montré par le passé. Ceux sont des gens formidables, frappés par le destin,  qu’il faut aider et soutenir. Bien entendu à court terme avec de l’aide humanitaire et technique. Mais d’ici quelques semaines ou quelques mois, c’est surtout économiquement qu’il faudra le faire. Il faut s’y préparer, par solidarité.