Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2011

Notre avenir est écrit dans les livres d'Histoire

Prenez un quartier, une ville ou un bateau, ils sont le monde en modèle réduit.

Sur un bateau de croisière, vous avez les différentes classes (les couches sociales), un médecin (le système de santé), un agent de sécurité (la police), le capitaine doit définir un cap, gérer l'équipage (l'administration), s'approvisionner en énergie, nourrir les passagers...

Regardez comment sont organisées les grandes villes aujourd'hui, en périphérie vous trouvez des zones commerciales, des zones industrielles, des pôles médicaux, des pôles universitaires, des zones de loisirs, au centre restent quelques commerces, les banques, les administrations... Ces schémas urbains se sont mis en place sur 30, 40 ans ou plus. Faites le parallèle : la Chine est dévenu l'atelier du monde (zone industrielle), les US sont dévenus les plus gros consommateurs (la zone commerciale), l'Angleterre s'est désindustrialisée au profit de la finance et des services (les banques, l'administration). La France est devenue la première destination touristique au monde (zone de loisirs), les plus grandes universités sont aux US...

Un constat : que ce soit en groupe réduit ou au niveau monde, nous reproduisons souvent les mêmes schémas, les mêmes modèles et parfois les mêmes erreurs, seules les échelles de temps, d'espace et les enjeux ne sont pas les mêmes.  C'est ce que j'appelle le principe des poupées russes (voir). Souvent une situation, une crise, une catastrophe préfiguraient ou préfigurent ce qui s'est ou se passera dans un tout autre domaine.

Déclinaisons de ce principe au passé et au futur :

La révolution industrielle             préfigurait   la révolution du numérique (voir)

Le trou dans la couche d'ozone    préfigurait   la disparition des abeilles (voir)

Tchernobyl                                préfigurait   la crise des subprimes (voir)

L'éclatement des bulles financ.    préfigure     une ère de ressources rares (voir)

Le naufrage du Titanic                préfigure     la déplétion du pétrole (voir)

L'informatique                           préfigurait    les manipulations génétiques (voir)

La crise des subprimes               préfigure     la crise liée aux OGM (voir)

Le réchauffement climatique       préfigure     la sixième extinction de masse (voir)

Les fêtes du lac d'Annecy           préfigure      un scénario pour demain... (voir)

La révolution du numérique        préfigure     la révolution écologique (voir)

Liste non exhaustive...

Plus surprenant, l'observation des vagues en bord de mer (voir) ou le comportement de la nature en fonction des différentes saisons (voir) peuvent vous éclairer sur le comportement de nos sociétés face à la déplétion annoncée du pétrole.

Comme l'annonçait le titre de ce billet, je pense que notre avenir est écrit dans les livres d'Histoire.